Chers entrepreneuses et entrepreneurs, comme c’est difficile de parler de soi !
Et puis d’abord, à quoi à ça sert ?

En tant intervenante régulière auprès des entreprises individuelles, tous secteurs confondus, je suis souvent confrontée à ces deux résistances de votre part.
Le 3eme frein étant: « hors de question que je parle de ma vie privée ! »

Mon premier travail en tant que conseillère est d’abord de vous dire, «oui c’est difficile, mais il existe des moyens techniques pour aider à rédiger».
Ensuite je vous explique que effectivement il y a un intérêt à parler de soi (pour le référencement naturel, pour placer des mots clés, pour rassurer vos clients et prospects, pour construire votre image de marque.

et troisièmement, je vous rassure, vous ne voulez pas parler de votre vie privée, ça tombe bien, sans doute vos lecteurs n’ont-ils pas envie de connaître tous les détails de votre vie intime !
Car bien entendu, écrire un « qui-suis-je » doit se faire dans le cadre de votre vie d’ entrepreneure et entrepreneur.
Dans la série d’articles à venir, je vais donner quelques clés pour vous aider à rédiger cette rubrique, que vous pouvez utiliser pour votre site web, votre blog, la description longue des réseaux sociaux comme Facebook ou Linkedin, ou en piocher quelques éléments pour Instagram, Twitter qui veulent des descriptions plus courtes.

Quels sont les éléments à faire figurer dans votre présentation ?

1: d’où venez vous ?
Cette information est intéressante à deux niveaux.

Si vous décidez d’implanter et de faire grandir votre activité dans votre région d’origine, vous suscitez un engagement naturel, car vous avez des points communs, une histoire, des anecdotes, des coups de cœurs qui vous rapprochent de votre clientèle.
Si vous venez d’une autre région, vous pouvez raconter pourquoi vous avez décidé de vous implanter ailleurs, en jouant un peu sur l’humour ou la narration décalée.

Je vous donne un exemple:
Une entrepreneuse m’a récemment raconté pourquoi elle avait décider de créer son entreprise en Bretagne plutôt qu’en région parisienne, d’où elle est originaire. 

Lorsqu’elle était adolescente et un peu turbulente, ses parents ont décidé de l’envoyer passer un mois dans le Finistère, pour la «punir». Contre toute attente, c’est le meilleur mois de vacances qu’elle ait jamais passé, elle est tombée amoureuse de la région, et quand il a fallu faire un choix dans sa vie d’adulte, c’est tout naturellement qu’elle s’est rapprochée de sa région de cœur !

Cette histoire suscite de l’empathie, de l’intérêt pour les prospects bretons et vous montre comme une personne sensible à son environnement. Lorsqu’on s’exprime via un support web, il est important de montrer que derrière le site, il y a une vraie personne !

conseil-story-telling-pour-entreprise-individuelles

Si vous pensez que votre clientèle ou vous prospects ont un fort attachement à leur région, pays, ville, patrimoine… N’hésitez plus !

Je suis sûre que vous avez sûrement une anecdote à raconter, faites-le d’un ton léger et surtout pour les premiers jets, ne vous souciez ni des fautes d’orthographes, ni du style ni de la longueur du texte. C’est à dire n’ayez pas peur de faire trop long, il sera toujours temps de réduire (sachez tout de même que 600 mots c’est pas mal, pour une bonne description, bien référencée)

Bref, Pensez surtout à vous faire plaisir.

Voilà pour ce premier exercice, vous pouvez vous exercer durant le mois qui vient et si vous avez envie d’avoir un retour sur votre écrit, n’hésitez pas à m’en parler via le formulaire de contact. A l’attention de Cécile Chaumeil, rédactrice web

Rendez-vous au mois d’avril pour un deuxième conseil !