Le son revêt une importance capitale dans la qualité finale d’une vidéo, mais il est souvent sous estimé. Souvent par manque de moyen : un bon système de capture du son est plus compliqué à trouver qu’une bonne caméra (un smartphone fera déjà de très belles images).

Je vous propose de découvrir les principales différences entre chaque type de micro. Nous verrons également les solutions alternatives pour faire avec le matériel déjà en notre possession.

Les micros de studio pour une prise de son optimale

Ces micros sont utilisés, comme leur nom l’indique, en studio. Leur conception, leur taille et leur positionnement garantissent une prise de son optimale et une parfaite fidélité sonore. Ces micros sont très sensibles au mouvement d’air, c’est pourquoi leur usage se fait uniquement en intérieur. De plus, on ajoute entre eux et la personne qui parle un filtre “anti pop” destiné à atténuer les “pop” générés lors de la prononciation de certaines consonnes occlusives (les mots où l’on prononce les “p”, par exemple).

Ces micros sont parfaitements adaptés à l’enregistrement de voix off.

Les micros cravate pour le reportage ou l’interview

Leur nom vient du fait qu’ils sont souvent installés sur des cravates. Leur taille est très réduite et ils se font assez discrets pour être à peine visible sur la personne qu’on enregistre.

Bien que captant les sons venant de toutes les directions, ils fonctionnent grâce à leur grande proximité avec la source sonore : la personne qui parle.

Comme le micro est destiné à être pincé sur un vêtement, il est très généralement utilisé avec un émetteur/récepteur sans fil. L’émetteur se fixe à la ceinture (par exemple), le récepteur sera installé près de la caméra ou du technicien du son. La portée peut aller jusqu’à plusieurs dizaines de mètres en fonction du modèle et du type d’antenne.

Le micro cravate sera l’outil idéal en reportage avec des interviews lorsqu’il n’y a pas de preneur de son.

Le micro cravate

La prise de son avec les moyens du bord

Lorsqu’il faut faire malgré tout alors que l’on n’a pas de micro professionnel, il y a toujours une solution. Par exemple, le kit piéton se révèle très efficace par rapport à une prise de son du smartphone, qui sera fatalement assez loin du sujet. Comme pour le micro cravate, il faut l’installer (et le cacher idéalement) dans les vêtements de la personne, le plus près de sa bouche, dans le col par exemple. Mais il faudra faire attention aux bruits de frottement sur les vêtement ! Ensuite, on enregistre sur un téléphone avec la fonction dictaphone et on assemblera cette piste audio avec la vidéo en postproduction, au montage. L’opération peut sembler complexe mais elle ne l’est pas tant que ça.

Le problème du vent pendant la prise de son

Le vent est un élément très gênant lors de la prise de son : il fait vibrer la membrane de façon très audible et il est presque impossible de supprimer ce son par la suite, rendant la prise souvent inutilisable. Pour résoudre ce problème, on utilise des bonnettes antivent, prenant la forme de boules de poils plus ou moins importantes selon la force du vent à atténuer. Sur un micro cravate, cela le rend plus visible mais c’est le gage d’une prise de son réussie.