Lorsque que l’on regarde une vidéo, un film, on se demande rarement comment on est arrivé à un tel résultat, on se laisse simplement porter par l’histoire. Si cela se passe comme ça, c’est que les professionnels de la production vidéo ont bien fait leur travail, de l’idée jusque dans la salle de diffusion !

En réalité, ce que vous voyez, c’est l’aboutissement d’un long travail que l’on appelle de façon globale : la production vidéo. La production vidéo se décompose en différents temps qui font intervenir plusieurs professionnels, travaillant de concert ou indépendamment.

Étape 1 : L’écriture

L’écriture démarre le plus souvent soit

  • par la volonté d’un scénariste ou d’un réalisateur de proposer une idée, un concept à une société de production
  • soit à la suite de l’expression d’un besoin client sur lequel une société de production vidéo est consultée.

Dans tous les cas, le scénariste et/ou réalisateur écrit le scénario, puis un découpage qui détaille tous les plans à tourner et les actions prévues dans chacun d’eux.

Étape 2 : La planification, l’organisation du projet

Lorsque le scénario est validé (en tenant compte des contraintes budgétaires et techniques), la phase de planification commence. Les personnes qui assurent le fonctionnement parfait de cette grande machine bien huilée sont les chargés de production.

Leur mission est de coordonner, tout au long du projet, les différentes phases techniques, budgétaires et artistiques, faisant le lien également entre le client, les équipes techniques et les équipes commerciales afin d’assurer le suivi. Un rôle d’une importance capitale.

Étape 3 : Le tournage

Afin de l’optimiser, le tournage est souvent précédé par un repérage, sauf pour du reportage ou lors d’un événement unique par exemple. Au repérage, on se fait une première idée des lieux dans lesquels l’action va se dérouler. On peut ainsi ajuster en conséquence le scénario pour rester dans les contraintes techniques et budgétaires imposées. Ensuite le tournage débute avec l’équipe technique, toujours dirigée par le réalisateur.

L’équipe sera plus ou moins importante selon les besoins, il peut y avoir jusqu’à plusieurs dizaines de personnes sur un long métrage ! De manière générale, une équipe réduite se compose d’un réalisateur qui assurera aussi la fonction de cadreur, accompagné par un preneur de son.

Lorsque l’on recherche à réduire les coûts au maximum, une seule personne peut assurer le rôle de réalisateur/cadreur/preneur de son : on parle de JRI (journaliste reporter d’images). Mais cette dernière solution impose des compromis sur la qualité globale (plus de choses à gérer donc moins de temps à consacrer à chacune d’entre elles).

Même en cas de repérage, on sera parfois amené à adapter certaines prises de vues en fonction de contraintes externes (météo, événement imprévu…) ou simplement par choix du réalisateur. Grâce au découpage, on optimise le tournage en tournant tous les plans similaires les uns à la suite des autres. On ne suit quasiment jamais la chronologie de l’histoire.

Le tournage produit des plans bruts que l’on appelle des rushes. Un soin particulier est apporté à leur sauvegarde tout au long du tournage.

Étape 4 Le montage

C’est la dernière étape du film où l’on peut encore agir sur le scénario, son rythme et son sens. On peut aussi rattraper — dans une certaine mesure — certaines erreurs faites au tournage. Mais comme pour tous les secteurs une bonne matière de départ est garante d’un meilleur résultat.

Au montage on va rassembler l’ensemble des rushes, visuels ou sonores, les synchroniser, les assembler et les placer dans l’ordre. C’est là que l’on donne le rythme. Cette étape est également celle où l’on intègre des effets spéciaux : il peut s’agir de simples bandeaux avec le nom des personnes, du remplacement d’un fond vert par un décor fantastique ou encore le masquage de certains éléments de l’image. Les possibilités sont immenses !

Il faudra différentes étapes de « dégrossissement » pour présenter une première maquette puis, petit à petit, une version finale. La version finale est une version étalonnée (cohérence des couleurs entre les plans, ambiance générales donnée au film…) et mixée (nettoyage des prises de son, harmonisation des niveaux sonores, ajout de sons pour les ambiances…).

Enfin : La livraison

Une fois la version finale validée, elle est livrée au client dans le format de son souhait. Qu’elle soit destinée aux réseaux sociaux, au cinéma, ou encore YouTube, la compression et la résolution seront adaptées pour garantir une qualité de diffusion optimale.

Mais bien sûr, le choix de diffusion aura été fait dès le début du projet !