Depuis une dizaine d’années, le drone est un outil qui a révolutionné le monde de la vidéo pour deux raisons principales : la baisse vertigineuse du coût d’accès aux images aériennes et les nouvelles possibilités offertes par un appareil de taille réduite.

La bascule vers le drone dans la vidéo aérienne

Avant l’avènement des drones tels qu’on les connaît aujourd’hui, la seule solution pour faire des images aériennes (stationnaires) était l’hélicoptère, un moyen lourd et coûteux à mettre en œuvre. Coût de l’heure de vol, préparation nécessaire et outils vidéo à embarquer rendaient cette option réservée aux films ayant un budget conséquent.

Ces contraintes disparaissent avec l’arrivée du drone, un appareil ultra-léger, facilemant maniable et doté d’outils vidéo à la pointe. L’hélicoptère garde cependant certaines caractéristiques supérieures au drone : vitesse de vol, altitude, rayon d’action et autonomie.

Pour capter des images aériennes, on peut donc considérer que le drone et l’hélicoptère sont complémentaires. Mais, dans la plupart des cas, le drone tire son épingle du jeu par son rapport prestation/prix imbattable.

Quelles vidéos tourner avec un drone ?

Le drone est l’outil idéal pour prendre de la hauteur sur un lieu de tournage, mais il est également possible de le faire voler en intérieur ! La compacité de certains modèles permet de les faire traverser des structures, pour rendre un film immersif et impressionnant. L’objectif principal est d’atteindre des points de vue inhabituels, voire impossibles auparavant.

Il est important de ne pas tourner au drone de manière systématique, son usage doit se justifier dans la narration du film, comme toute autre technique de prise de vue.

Trop de films ont utilisé le drone par effet de mode lorsqu’il s’est démocratisé. Il faut savoir l’utiliser à bon escient !

Les limites légales 

On ne fait pas ce qu’on veut avec un drone !

Il existe un ensemble de règles pour garantir la sécurité des personnes au sol et des aéronefs en vol. Elles sont valables que l’on soit particulier ou professionnel.

Les principales règles étant du bon sens :

  • Ne pas survoler des personnes ou animaux (risque de chute de l’engin).
  • Ne pas voler trop haut (au-delà de 150 m de hauteur, on rentre dans l’espace aérien réservé à l’aviation civile).
  • Ne pas voler près d’un aéroport.

Sur le site du gouvernement www.geoportail.gouv.fr, une carte “restrictions pour drone de loisir” permet de connaître les hauteurs de vol maximales en fonction des lieux.

En tant que télépilote professionnel, il est possible de demander une dérogation à la préfecture et à l’aviation civile pour voler dans des zones ou à des horaires normalement interdits (en ville, de nuit…).Il faut prévoir un délai de réponse qui peut varier selon le type de demande, empêchant souvent des tournages à l’improviste.

Vous souhaitez acheter un drone pour créer vos vidéos ?

Il est tout à fait possible en tant que particulier d’acquérir un drone pour tourner des images. Le choix du modèle dépendra bien sûr du budget mais également de l’usage. La compacité de certains modèles permet de les emporter partout en voyage (attention à la réglementation à l’étranger). Le constructeur DJI se place aujourd’hui comme référence sur le marché avec sa gamme qui va du professionnel très spécifique au particulier récréatif.

Dans tous les cas, il faudra prévoir une phase d’apprentissage et le risque de perdre son appareil pour cause d’erreur de pilotage ou de problème technique. L’assurance proposée par certains constructeurs est une bonne option !

🎥 Un petit aperçu ? Jetez un oeil à notre bande démo drone ! 🎥

Vous souhaitez d’autres conseils sur la production vidéo professionnelle ? Alors vous aimerez aussi ces articles :

Crédit photos : Kaboompics