Votre nom de domaine vous appartient-il vraiment ? Voila une très bonne question sur laquelle peu de monde s’interroge. Beaucoup d’entreprises pensent utiliser un nom de domaine leur appartenant, mais cela n’est pas toujours le cas.

Achat d’un nom de domaine : la confiance n’exclut pas le contrôle !

Quand une entreprise contacte un prestataire web, une agence de communication ou une société informatique pour réaliser le site internet ou gérer la messagerie, la question du nom de domaine va se poser tôt ou tard. C’est toute une communication qui s’appuie complètement sur le nom de domaine, le site internet et la messagerie, d’ou son importance cruciale.

Parfois, la vie de l’entreprise connaît des changements : un nouveau prestataire web, un nouveau fournisseur informatique, une fusion, une revente… Et c’est souvent dans ces moments de changements que l’on découvre quelques (mauvaises) surprises.

Un exemple à NE PAS suivre pour sécuriser votre nom de domaine

Voici une anecdote qui plaira à toutes celles et ceux qui aiment les complications administratives et les frais supplémentaires…

C’est l’histoire d’un restaurateur dont l’établissement vient d’être racheté. Comme beaucoup de restaurateurs, l’ancien propriétaire comme le nouveau ne s’occupent pas de leur communication sur internet. On peut les comprendre : ils préfèrent vendre des cafés en terrasse ! Sauf qu’au moment de la vente, le sujet remonte à la surface du zinc.

“Notre site internet n’est pas à jour, on va le rafraichir un peu”, se dit le nouveau propriétaire.

C’est à ce moment que j’interviens. On commence à ouvrir le capot qui grince un peu et on met les doigts dans le cambouis (ou plutôt sur le clavier c’est moins sale). J’effectue une analyse du site web et une analyse du nom de domaine. En deux clics, la situation est claire : aucun nom du restaurant nulle part ! J’informe le nouveau propriétaire que ni son site ni son nom de domaine ne lui appartiennent. C’est la douche froide !

“Qu’est-ce qu’on fait alors ?”

Je contacte à plusieurs reprises le prestataire web, qui est le propriétaire du site et du nom de domaine. En vain. Je conseille alors au restaurateur d’envoyer le courrier recommandé qui va bien. Aucune réponse. C’est mal parti…

Etape suivante : je contacte l’AFNIC. Par chance, le nom de domaine est un .fr, donc il est placé sous l’autorité de cette association, qui gère l’attribution des noms de domaine dans la zone France. En cas de litige, on peut s’adresser à l’AFNIC, qui doit théoriquement résoudre le problème.

L’association me conseille deux procédures pour ce cas précis : https://www.afnic.fr/noms-de-domaine/resoudre-un-litige/parl/

Je conseille donc à mon client la procédure Syreli, la plus simple et la mieux adaptée à sa situation. Le but est de constituer un dossier en ligne avec des pièces justificatives, qui sera étudié par une commission de l’AFNIC pour statuer sur la demande. La partie adverse est également contactée et doit fournir ses justificatifs sous 21 jours. Bien que relativement simple, cette procédure demeure longue (le délai pour obtenir une réponse est de deux mois) et coûteuse (250 euros HT).

Sauf que… un mois plus tard, le restaurateur me recontacte, il a besoin d’aide pour compléter les données à remplir dans le dossier en ligne. Je l’assiste par téléphone, et après quelques minutes il m’informe qu’il a perdu toutes ses données enregistrées et qu’il n’a plus le temps de recommencer toute la procédure. Retour à la case départ.

Encore un mois plus tard, il m’informe qu’il s’est rapproché de l’ancien propriétaire du restaurant, qui a pris contact avec le prestataire web qui détient toujours le nom de domaine et le site web. En effet, impossible de changer les informations administratives relatives au changement de propriétaire sur le site web sans passer par ce prestataire ! Le prestataire lui fait une offre avec mises à jour pour une année ce que le nouveau propriétaire à accepté.

Résultat : le nom de domaine et le site vont donc rester la propriété du prestataire web, qui va lui facturer environ 3 000 € par an pour mettre quelques données à jour !

En résumé : vous êtes un professionnel dans votre métier (commerçant, artisan, etc…) et si vous ne maîtrisez pas le code informatique, ce n’est pas grave.

Mais vous ne devez négliger aucun aspect de l’enregistrement de votre nom de domaine … en cas de doute, demandez-nous conseil, on vous évitera ce genre de mésaventure !